Les personnes qui me connaissent ne seront pas surprises par ce qui va suivre, tant je suis déjà passée plus d’une fois pour une folle en abordant le sujet ; je n’aime pas la rentrée, j’ADORE la rentrée.

La rentrée est mon moment favori de toute l’année, et cela ne tient pas qu’à mes nouveaux looks. La rentrée, c’est, évidemment, l’euphorie d’un nouveau « moi ». Le retour au quotidien avec l’esprit reposé et rempli de nouveaux projets. Les retrouvailles. La forme. La bonne mine. L’énergie.

Quand j’étais enfant, je pleurais le dernier jour d’école et j’attendais la rentrée avec impatience pour découvrir enfin qui avait pris 10 centimètres, qui s’était fait une coupe au carré, qui avait un nouvel appareil dentaire. J’avais hâte de raconter mes aventures de vacances à mes copains, et encore plus hâte de les écouter raconter les leurs.

Je visualisais ce moment des semaines à l’avance, je préparais ma nouvelle trousse en y rangeant bien mes stylos, et je feuilletais sans cesse mon nouvel agenda en essayant d’imaginer ce qui s’y trouverai dans quelques semaines.

La rentrée c’est le retour au quotidien avec l’esprit reposé et rempli de nouveaux projets

Mais ce que j’aimais sans doute par dessus tout, c’était (je vous le donne en mille) préparer ma tenue. Ah ça, on ne change pas une équipe qui gagne. Je me refusais de porter mes vêtements fraîchement acquis pour cette occasion spéciale à l’avance, car pour moi, ils cristallisaient cette année nouvelle, ce nouveau départ, ce nouveau « moi », en mieux, donc.

Quelques années plus tard, les choses n’ont pas tellement changé. J’aime toujours autant retrouver mes amis après des semaines de séparation et organiser mon Google agenda avec précision. Et même si l’expérience et le vécu m’ont appris que la réalité atteint rarement le fantasme, je ne me prive évidemment pas de mon petit (grand ?) plaisir « shopping de rentrée ».

Quid de celui de cette année, donc ? Une combinaison Natalie Dumeix (qui sera portée avant, et après septembre, évidemment), une paire d’escarpins Vanessa Seward et un sac Chanel tout en paillettes.

Histoire de commencer l’année scolaire du bon pied.

Source : Le Prescripteur