Je ne sais pas vous, mais moi, j’adore l’été. Oui, je sais, ça fait lambda. Mais la raison n’est peut-être pas si bête que ça. Quand vient l’été, je revis, j’ai vraiment l’impression d’être moi-même, de reprendre possession de mon corps. Pour moi, le bonheur absolu ne se situe pas nécessairement dans le fait d’être en vacances en bord de mer, il intervient un peu avant.

Par exemple, j’apprécie tout autant les petits moments annonciateurs, comme les terrasses qui se vident petit à petit, ou encore l’achat de la crème solaire à la pharmacie. Dès lors, je suis déjà partie. Faire la valise, je ne vous en parle même pas ! Ça en est presque mécanique tellement je suis loin, mais loin, quand je la fais (c’est à dire au dernier moment) ! J’ai tout simplement l’impression d’être sous perfusion d’endorphines. C’est même presque devenu un problème chez moi, cette adoration de l’été, car du coup, il m’arrive de déprimer à cause de l’hiver (oui, vous avez bien lu, la raison de ma déprime EST l’hiver).

Le constat se fait tout seul : Les soirées d’été nous permettent de nous soucier de rien

Récemment, je me suis interrogée : pourquoi j’aime tant l’été ? Est-ce à cause de la sensation du soleil sur ma peau, du chant des criquets, des salades niçoises, des moments entre amis autour d’un verre de rosé ? La réponse est, sous doute un peu tout ça, mais ce que je préfère mais alors, vraiment par-dessus tout, ce sont les soirées d’été.

Ceux qui partent en Bretagne ne se sentiront d’ailleurs peut-être pas concernés. Mais si je suis une adepte de la Côte d’Azur (et de la Méditerranée en général), c’est en partie pour ces soirées chaudes, juste comme il faut en fait, pour être bien.

Dans ces circonstances, le lâcher prise est total : une petite robe fluide, un short en jean même, des chaussures légères, un sac rigolo et rien d’autre. Pas besoin d’emporter de veste ou de gilet de peur d’avoir froid, pas besoin de prendre de make-up dans son sac, puisqu’on a déjà bonne mine de toute façon.

Le constat se fait tout seul : les soirées d’été nous permettent de nous soucier de rien. Et ça, il faut l’avouer, ça n’arrive pas souvent. Alors, vous partez toujours en Bretagne finalement ?